Volunteering with Missionaries of Charity

Bénévoles pour les Missionnaires de la Charité

 

 

 

 

Bénévoles à Kolkata

Conseils pour faire du bénévolat

Si vous arrivez à Kolkata(Conseils pratiques)

Logement

Conseils pour faire du bénévolat au Pérou

Contact Informations bénévolat chez les Missionnaires de la Charité ailleurs

Expériences de bénévoles

Des photos:: Kolkata, Pérou

Contact Informations pour

Europe,

Afrique,

Asie,

Océanie,

Amériques

Expérience of a Volunteer

• L'expérience a été merveilleuse, pleine de sens, vraiment inoubliable.
• Le bénévolat pour les missionnaires de la Charité de Mère Teresa.
• Travailler à Kalighat a été une expérience qui change la vie
• "J'ai soif" définit mon expérience au service des plus pauvres d'entre les pauvres  

.

Partagez votre expérience

Partagez votre Photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Bénévoles pour les Missionnaires de la Charité à Kolkata (Calcutta)

par Verity Worthington bénévoleCharity Works

Beaucoup de gens m'ont demandé ce qui m'attire à Kolkata, et il est difficile de répondre. Pour ma Confirmation - retour vers le dernier millénaire, - j'ai reçu un livre de Mère Teresa avec des citations pour chaque jour [«La joie dans l’Amour »]. Je me souviens avoir lu la description d’une jeune fille de Paris visitant Kolkata. Mère Teresa remarqua que ses yeux ne souriaient pas et l'envoya travailler à Kalighat, où elle trouva Jésus.


Peut-être savais-je que mes yeux ne souriaient pas non plus, car dès la fin de mes études, j'ai décidé d'aller à Kolkata faire du bénévolat. Avec le recul du temps, je pense que j'étais certainement très jeune et innocente. Je me souviens de mon voyage depuis l'aéroport, me demandant si ces gens dormaient vraiment dans les rues, qui possédaient les chiens et les vaches, etc! C'était comme atterrir sur une autre planète – à des kilomètres de mon école de filles dans l'Angleterre rurale. Cependant, j'ai vite été séduite par la communauté des bénévoles, par la chaleur et la gentillesse des gens et des sœurs. Pour la première fois de ma vie je me suis sentie acceptée comme j'étais, et non pas pour ce que je pouvais faire. J'ai commencé à travailler dans un dispensaire, et ai été avec un groupe de bénévoles faire des travaux de peinture dans le jardin à Shishu Bhavan. C'est probablement un cliché, mais dès le début il était évident que tout ce que nous donnons nous est rendu ''au centuple''.

Depuis cette première visite, il y a près de 10 ans, je suis retourné plusieurs fois à Calcutta, et me suis portée volontaire ailleurs avec les Missionnaires de la Charité. Comme de nombreux autres bénévoles, j'ai plaisir à partager la vie de prière des sœurs ainsi que l'apostolat. Nous commencions notre journée à 5h du matin avec la prière du matin, et la finissions avec l'Adoration. Dans une ville aussi chaotique et bruyante que Kolkata, la chapelle devient un élément essentiel de la journée de bénévolat. La Tombe de Mère Teresa est aussi un endroit très particulier pour prier et trouver des moments de solitude. La communauté de bénévoles, sous la houlette de Soeur Mercy-Maria, est remarquablement soudée.

Charity Works

Parfois, il est facile de devenir insensible à la pauvreté dans Kolkata - après tout, tout est relatif. Cependant, le bénévolat est une expérience qui pousse à l'humilité. Kalighat est surtout un endroit très particulier. C'est un endroit tranquille, un endroit où se rencontrent les larmes des mourants et de ceux qui sont en recherche, un lieu où l'Est rencontre l'Ouest, où les frontières se brisent. Je me suis sentie humble devant la dame qui m'a remercié de l'avoir aidée à manger, humble devant cette dame recroquevillée dans un coin de son lit, sanglotant, qui m'a laissé s'asseoir avec elle ... humble devant la femme souffrant de brûlures torturantes et qui vivait une agonie quotidienne, mais qui leva ses mains en signe de reconnaissance envers le médecin.

Cela vous rappelle que nous sommes en 2009 et que des hommes meurent sans rien ni personne, oubliés du monde ; rejetés ; indésirables ; mal-aimés. Une dame qui se distingue dans ma mémoire - elle avait des yeux tristes, nos vies ont été si différentes, des langues et des cultures différentes et des coutumes, et pourtant comme je l'ai nourrie, nous avons été en quelque sorte unies "ensemble" dans notre humanité. Ce qui compte, c'est cette expérience partagée, et vous vous rendez compte que en touchant les fêlures de l'autre, nous rencontrons Jésus.

Charity Works

Chaque bénévole est une goutte dans l'océan de l'humanité, et il est certainement vrai que l'océan serait moindre sans ces gouttes. Il est si facile de regarder la situation dans son ensemble, de voir les milliers de personnes qui souffrent, et nous oublions que nous pouvons faire de petites choses avec beaucoup d'amour - que la seule personne que nous servons à un moment donné, c'est Jésus. Ce fut certainement manifeste lorsque le jour de Noël, nous avons servi la nourriture à des milliers de personnes qui, en file, patientaient à la porte de Shishu Bhavan. Voici un passage d'un courriel que j'ai envoyé à la maison : « Il fait un froid glacial dans l'air en ce moment,  - je vais travailler à pied parmi des corps enveloppés dans du papier, allongés sur le trottoir - je me rends compte à quel point cette première nativité nous est proche. Lorsque nous nous penchons sur les mourants à Kalighat - lorsque nous donnons des couvertures comme ce matin ... c'est Noël ... pas les lumières féeriques et les guirlandes. Je crois voir la Sainte Famille sur chaque trottoir dans cette ville, pauvre, dans le besoin et vulnérable, des familles entières qui survivent dans ce froid, sur un bout de trottoir sale - un jour après l'autre, une année après l'autre. Ils ne sont pas occupés à préparer la dinde ou à emballer les cadeaux de dernière minute. Ils n'ont pas envoyé de cartes de Noël cette année, ou décoré un sapin. Ces bébés ne savent rien de Saint Nicolas, ils n'ont pas un bas à accrocher au bout de leur lit - et pourtant ils ont quelque chose que les autres - avec tous leurs biens - n'ont pas. Peut-être est-ce banal, mais Mère Teresa avait raison, ici les gens partagent ... ils se blottissent sous la même couverture, ils partagent le peu de nourriture qu'ils ont avec leurs voisins. Il n'y a pas de place à l'Auberge pour eux non plus ... Ils vivent dans le froid, rejetés par le monde - et ils le font avec humilité. J'ai revu ce matin alors que nous avons distribué des couvertures et du riz, les files d'attente à travers le monde dans les centres commerciaux à cette époque de l'année. Les gens ont attendu si longtemps pour ces éléments essentiels, qu'ils ont reçu avec gratitude. C'est une leçon pour nous tous. »

Charity Works

J'ai rencontré tellement de gens merveilleux pendant mon temps de bénévolat, et je considère les Missionnaires de la Charité comme une extension de ma famille. Les gens pensent qu'il est courageux, d'aller à Calcutta comme bénévole - mais ceux qui le font découvrent que cela est loin d'être difficile et qu'ils sont embrassés et accueillis par un tel amour. Je tiens à dire que ma motivation pour le volontariat était altruiste, mais j'avais besoin d'eux bien plus qu'ils n'avaient besoin de moi. L'ironie c'est qu'il est facile d'aimer à Calcutta, où la pauvreté matérielle est si grande.

Comme la Mère a dit « vous trouverez Kolkata partout dans le monde si vous avez des yeux pour voir », et c'est là le plus grand défi pour les bénévoles à long terme et, en fait, pour nous tous.

 

 

 

Charity Works

  • Si vous arrivez par avion à Calcutta, prenez un taxi prépayé depuis l'aéroport - le bureau est situé sur la droite avant la sortie. Cela ne coûtera pas plus de 200 roupies, mais les chauffeurs essaieront de demander plus, alors soyez attentifs!
    - De nombreux bénévoles trouvent un logement sur Sudder Street, où il y a des hébergements de type dortoirs.
    Cela se trouve à 20 minutes de la Maison-Mère. Un logement proche peut être trouvé à Monica House sur AJC Bose Road, en face de Shishu Bhavan, et à Bely Guest House - juste à côté de la Maison-Mère, au-dessus du café Internet WEB. Il n'est pas nécessaire de réserver des chambres à l'avance. Un lit en dortoir coûte environ 100-150 roupies la nuit.

  • Il est conseillé d'avoir vos vaccins à jour [typhoïde, hépatite A et B, tétanos] et d'apporter avec vous vos prescriptions de médicaments. Personnellement, je n'ai pas pris d'antipaludéens, mais ceux-ci sont disponibles à Kolkata [comme la plupart des médicaments] beaucoup moins cher qu’en occident.

  • Nul besoin d'écrire aux sœurs ou d'appeler avant votre arrivée. Cependant, il vous faudra vous faire enregistrer comme bénévole avant de pouvoir commencer à travailler dans les centres. Pour ce faire, apportez votre passeport à Shishu Bhavan, situé au 78,  AJC Bose Rd, à 15 heures précises, les lundis, mercredis et vendredis. Sinon la Sœur responsable des bénévoles passe au petit déjeuner à la Maison-Mère, [54a AJC Bose Road], après la messe tous les matins.


  • Charity Works

La messe est à 6h du matin tous les jours à la Maison-Mère, suivie d'un petit-déjeuner de bananes, de pain et de thé. Vous n'avez pas à assister à la messe pour prendre le petit déjeuner, mais vous êtes les bienvenus. A 7h30 nous disons une prière, et nous nous dispersons pour le travail. Les bénévoles sont également les bienvenus à l'Adoration, qui est à 6h30 tous les soirs sauf le jeudi et le dimanche, à 6h.
Soyez conscient que bon nombre des mendiants qui travaillent à proximité de la Maison-Mère sont des professionnels. Il est difficile au premier abord de comprendre les nombreux niveaux de pauvreté dans Kolkata, mais il n'est pas recommandé de donner de l'argent aux gens dans la rue..

 

  • Il y a beaucoup d'endroits pour manger autour de Sudder Street, le Café Blue Sky est un lieu de prédilection pour les volontaires. Sur AJC Bose Road, New Delhi-Dabar sert du riz pas cher et du dahl à midi, et un fantastique Khati roll [une spécialité de Kolkata] dans la soirée. Circular Hotel de l'autre côté de l'AJC Bose Road, propose une variété de plats, mais soyez prêts à attendre ! Sinon, si vous avez une possibilité de cuisine, il y a de nombreux bazars qui vendent des fruits et légumes frais, et il y a une chaîne de supermarchés appelé MORE, situé à New Market, et sur Elliot Rd.

  • Pour les gourmands, Flury sur Park St propose des gâteaux merveilleux et un ''Afternoon Tea''. Kolkata a aussi un KFC dans Middleton Row, et une pizzeria appelé Fire and Ice sur Camac St.
    Soyez attentif à vous-même, le bénévolat peut être un travail difficile. Si vous avez besoin d'une pause, vous pouvez également rejoindre le Forum sur Elgin Rd où il y a un cinéma INOX avec des films occidentaux et indiens.
    Il faut se méfier de l'eau, assurez-vous que vous buvez de l'eau en bouteille, et vérifier l’état du bouchon. .

Charity Works

  • Soyez prêt à laver vos vêtements dans un seau! Une chose que j'ai apprise au fil des années est de laver mes vêtements tous les jours, sinon c'est un travail très dur! Vous pouvez acheter un détergent [marques comme Ariel] à des étals de rue. Faites-les tremper d'abord, puis frottez!

  • Vous pouvez recevoir du courrier à la Maison-Mère ; il est gardé dans une boîte dans la salle du  petit-déjeuner. Les lettres doivent être adressées c/o Sœur responsable des bénévoles, Missionnaires de la Charité, Motherhouse, 54a AJC Bose Road, Kolkata 700016, West Bengal India.

  • Prenez une grande inspiration, votre journal de bord, et soyez prêt pour une expérience qui change la vie!

Charity Works

Si vous travaillez à Kalighat, Prem Dan ou Daya Dan, vous devrez  prendre un bus pour aller travailler. Il est conseillé de garder un stock de petites pièces  car les conducteurs n'aiment pas rendre la monnaie. Il en coûte 4 roupies de la Maison-Mère à Kalighat.
Jeudi est le jour de repos pour les bénévoles. Il n'y a pas de petit déjeuner le jeudi, mais il y a souvent des activités organisées telles que des visites à Titagargh, la léproserie dirigé par les frères MC.

 

 

 

Conseils pour les bénévoles à Kolkata

Beaucoup ont trouvé que le bénévolat est une expérience qui marque toute une vie. Les bénévoles sont les bienvenus pour aider les sœurs dans leur service auprès des plus pauvres d'entre les pauvres pendant une semaine, un mois, ou plus. Les qualifications nécessaires au bénévolat sont.

“Des coeurs pour l'amour et des mains pour servir! ”
(Mère Teresa)

Vous n'êtes pas obligé d'appeler ou écrire aux sœurs longtemps à l'avance pour aller à Calcutta comme bénévole. Il suffit de «se présenter» pour l'orientation et l'inscription:

à 15h
Nirmala Shishu Bhavan (Maison de l'Enfance),
78, A.J.C. Bose Road, Kolkata - 700016
les lundis, mercredis et vendredis.

Vous êtes priés d’apporter votre passeportcar vous êtes tenu de le montrer à la coordonnatrice des bénévoles au moment de l'orientation.

Remarque: Les coordinateurs des bénévoles ne sont pas disponibles le dimanche et le jeudi.
Thursday is a day of prayer for the Sisters.

Le jeudi est un jour de prière pour les Sœurs.
Il n'y a pas non plus d'orientation et d'inscription les jours suivants:

    • Le lundi de Pâques,
    • 22 août,
    • 6 septembre,
    • 26 décembre.

    Les bénévoles partagent les œuvres d'amour dans les foyers pour les mourants, pour les enfants, et pour les enfants handicapés physiques et mentaux.

    Les détails seront donnés à l'orientation.

    Pour ceux qui souhaitent se joindre aux sœurs pour la messe et l’heure sainte à la Maison-Mère (54, AJC Bose Road, Kolkata - 700 016) ou pour visiter le Musée, le calendrier est le suivant:

        • Messe à 6h suivie d'un petit déjeuner
        • Heure Sainte à 18h30, le jeudi et le dimanche à 18h
        • Messe et bénédiction (avec Relique de Mère Teresa) sur la tombe de Mère Teresa le vendredi à 16h30
        • Visite du Musée et chambre de Mère Teresa: 8h - 12h et 15h - 17h30

       

      Heures de visite pour nos maisons: 9h - 12h et 15h - 17h30

      Les bénévoles doivent prendre des dispositions pour leur propre logement. Certains des endroits les plus proches et les moins chers sont:

        • Hotel Circular, 177, A.J.C. Bose Road
        • Monica House, Eglise Saint-James, AJC Bose Road
        • YMCA, 25, Chowringhee Road,
        • Hotel Maria, Center Point, Modern Lodge , l'Armée du Salut Hostel, Sudder Street
        • Baptist Mission, près de l'église baptiste de l'AJC Bose Rd

        LOGEMENT DES BENEVOLES
        Quelques mots utiles pour lire le document en anglais donnant des adresses de logement ci-dessous
        single chambre : 1 personne
        double chambre : 2 personnes
        single occupancy :  double occupée par 1 personne
        breakfast included : petit-déjeuner inclus
        AC : climatisation véritable ou ventilo électrique
        Dorm : dortoir
        Bed : lit
        Guest House : pension moins coté qu'un hôtel
        roof top : terrasse
        Month : mois
        Opposite : en face de
        Kolkata : Calcutta
        Chennai : Madras
        Mumbai :Bombay



        Pour ceux qui souhaitent faire du bénévolat ailleurs. Vous êtes priés de contacter directement la maison régionale du pays où vous prévoyez d'aller (E-MAILS NON ACCEPTES).Voir la liste des maisons régionales des Missionnaires de la Charité dans les pays concernés de chaque continent: : Europe, Afrique, Asie, Océanie, Amériques

         

         

         

        Contact

        Beaucoup de gens ont trouvé que le bénévolat était l'expérience de toute une vie. Les bénévoles sont les bienvenus pour aider les sœurs dans leur service aux plus pauvres d'entre les pauvres pendant une semaine, un mois ou plus.
        Pour ceux qui souhaitent faire du bénévolat à Calcutta, vous êtes priés d’écrire directement à la Sœur, qui est actuellement en charge des bénévoles de notre maison mère:
        Missionaries of Charity
        Sister in-charge of volunteers
        54/A A.J.C. BOSE ROAD
        CALCUTTA 700016
        INDIA
        Ou par téléphone: + 91-33-2249-7115 or 91-33-2217-2277

        Pour ceux qui souhaitent faire du bénévolat ailleurs. Vous êtes priés de contacter directement la maison régionale pour le pays où vous avez l'intention d'aller. Voir la liste des maisons des  Missionnaires de la Charité

        "Regionalhouses" en: Europe, Afrique, Asie, Océanie, Amériques

        Europe

         

        Pour l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande du Nord, Pays de Galles, l'Irlande, l'Islande:
        Missionaries of Charity
        177 Bravington Road,
        London W9 3AR
        England, U.K.
        Tel.: +44-208-960-2644

        Pour le Nord de l'Italie, le Vatican:
        Missionaries of Charity
        Piazza San Gregorio al Cielo, 2
        00184 Rome, Italy
        Tel.: +39-06-700-8435

        Pour l'Italie du Sud:
        Missionaries of Charity
        Vico Panettieri Ai Tribunali, 44A
        80138 Napoli, Italy
        Tel.: +39-081-4403000

        Pour l'Espagne, la France, le Portugal, le Maroc, la Suisse:
        Missionaries of Charity
        Paseo de la Ermita del Santo, 46
        28011 Madrid, Spain
        Tel.: +34-91-463-3744

        Pour l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Croatie, Pays-Bas, la Slovénie, la Suède, le Danemark:
        Missionaries of Charity
        Elisenstrasse 15
        45139 Essen, Germany
        Tel.: +49-201-235641

        Pour la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie:
        Missionaries of Charity
        Dom Sw. Jozefa
        Ul. Poborzanska 33
        03368 Warsaw, Poland
        Tel.: +48-22-614-5074

        Pour l'Albanie, la Bulgarie, la Yougoslavie, la Macédoine, la Grèce:
        Missionaries of Charity
        Rr. Kajo Karafili, 42
        Lagja 4
        Tirana, Albania
        Tel.: +355-42-239296

        Pour la Russie, l'Arménie, la Lituanie, l'Ukraine, la Biélorussie, l'Estonie, la Lettonie, la Géorgie, la Finlande:
        Missionaries of Charity
        Ul. Chechulina, 13
        105567 Moscow, Russia
        Tel.: +7-499-308-9383

        AFRIQUE

        Pour l'Egypte, la Libye, Malte, le nord du Soudan,  la Tunisie, l'Algérie:
        Missionaries of Charity
        1, Yousef Roshdi St.
        Ahmed Badawi - Shoubra Msr.
        Cairo, Egypt
        Tel:+2-02-22331561

        Pour l'Éthiopie, Djibouti:
        Missionaries of Charity
        Post Box 21871
        Shoa, Addis Ababa, Ethiopia.
        Tel.: +251-11-1232597

        Pour le Kenya, la Tanzanie, le Sud-Soudan:
        Missionaries of Charity
        Post Box 32778
        Nairobi, Kenya
        East Africa
        Tel.: +254-20-2430472

        Pour le Rwanda, l'Ouganda, le Burundi:
        Missionaries of Charity
        B.P. 1174
        Kigali, Rwanda
        Central Africa
        Tel.: +250-252-574575

        Pour la République d'Afrique du Sud, Madagascar, Malawi, Maurice, le Mozambique, la Zambie, le Zimbabwe, les Seychelles:
        Missionaries of Charity
        76 St. George’s Street
        2198 Bellevue East
        Johannesburg, Republic of South Africa.
        Tel.: +27-11-648-6315

        Pour la République centrafricaine, le Congo, le Cameroun, le Nigeria, la République démocratique du Congo, au Tchad:
        Missionaries of Charity (Mailing Address)
        B.P. 185
        Yaounde, Cameroun
        Africa
        Tel.: +237-777-428-50 or +237-220-032-57

        Pour Côte-d'Ivoire, le Bénin, la Sierra Leone, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Libéria, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Mali, le Togo: :
        Missionaries of Charity
        12 B.P. 186
        Abidjan 12, Ivory Coast
        West Africa
        Tel.: +225-213-616-80

         

        Asie

        Pour l'Inde:
        Mother House
        Missionaries of Charity
        54/A A.J.C. Bose Road
        Calcutta 700016, West Bengal
        Tel.: +91-332-2249-7115

        West Bengal (Kolkata), Bihar
        78 A.J.C. Bose Road
        Kolkata 700014, India
        Tel: +91-33-22175267

        Bengale occidental (Siliguri), le Sikkim, le Bihar, le Népal
        H/185 Pradhan Nagar
        P.O. Siliguri, 734403
        Dt. Darjeeling, W.B., India
        Tel:+91-353-2511519

        Meghalaya, Tripura, Mizoram, Nagaland, Manipur, Assam
        Bharalumukh P.O.
        Guwahati 781009, Assam, India
        Tel:  +91-361-541244

        Assam, Arunachal Pradesh
        Bharalumukh P.O.
        Guwahati 781009, Assam, India
        Tel:      91-361-541244

        Bihar, Jharkhand
        c/o Catholic Church
        Doranda P.O.
        Ranchi 834002
        Jharkhand, India
        Tel: +91-0651-2490103

        Madhya Pradesh (Bhopal), Chattishgarh
        P.O. Jinsi
        Jehangirabad, State Bank Colony
        Bhopal 462020, M.P., India
        Tel: + 91-0755-2574867

        Uttar Pradesh (Lucknow), Uttaranchal
        5, Sapru Marg
        Lucknow 226001 U.P., India
        Tel: +910-522-2627492/2283416

        Territoire de l'Union (Delhi), Punjab, Haryana, le Jammu-et-Cachemire
        Coninissioner's Lane
        Civil Lines
        Delhi 110054 India
        Tel: +91-11-23831080

        Gujarat, Rajasthan
        Opp. Novino Batteries Makarpura Road
        Vadodara 390010
        Gujarat, India
        Tel : +91-0265-2643105

        Maharastra (Bombay), Goa
        Church Road, Vile Parle (W)
        Mumbai 400056 Maharashtra
        India
        Tel:+ 91-022-2618-4068
        +91-022-2610-4068

        Orissa
        Plot No. 13
        Bhubaneshwar 751007
        Orissa, India
        Tel : +91-674-2570930

        Andra Pradesh
        A Krishna Lanka
        Vijayawada 520013 A.P., India
        Tel: +91-0866-2521460

        Tamil Nadu, Union Territory, Andamans
        71, West Madha Church Road
        Royapuram
        Chennai 600013 T.N., India
        Tel: +91-44-25953078

        Kerala, Karnataka
        S.R.M. Road, Ernakulam
        Cochin 682018, Kerala, India
        Tel:+91-484-2401611

        Pour la Jordanie, Israël, la Syrie, le Yémen, le Liban, l'Irak, la Palestine:
        Missionaries of Charity
        Post Box 9645
        Amman 11191, Jordan
        Tel.: +962-6-552-4218

        Pour les Philippines:
        Missionaries of Charity
        1030 Tayuman Street
        Tondo 1012, Manila
        Philippines
        Tel.: +63-2-255-0832

        Pour le Japon, la Corée, la Mongolie, l'île de Sakhaline (Russie):
        Missionaries of Charity
        Pyeonghwa-Gil 8, Danwon-Gu
        Ansan City, Kyong-Ki-Do, South Korea 425-806
        Tel.: +82-31-402-0892

        Pour la Chine (Hong Kong, Macao), Taiwan, Singapour, Cambodge, Thaïlande:
        Missionaries of Charity
        Nam Cheong Estate, Block 6
        Cheong Chit House
        Shumshiupo, Kowloon
        Hong Kong, China
        Tel.: +852-2-386-7707

        Pour l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Pakistan:
        Missionaries of Charity
        Ul. Nusamuhamedova, 29
        700077 Tashkent, Uzbekistan
        Tel.: +99-871-2687443

        Pour le Bangladesh:
        Missionaries of Charity
        26 Islampur Road
        Dhaka 1100, Bangladesh
        Tel.: +88-02-739-1116

        Pour Sri Lanka:
        Missionaries of Charity
        Shanthi Nivasa
        81, St. John's Way
        Colombo 15, Sri Lanka
        Tel: +94-011-252 5995

         

        Oceanie

        Pour l'Australie, la Nouvelle-Zélande:
        Missionaries of Charity
        P.O. Box 337
        27 High Holborn St., Surry Hills N,S.W. 2010
        Sydney Australia
        Tel.: +61-2-9318-2881

        Pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée:
        Missionaries of Charity
        P.O. Box 926
        Boroko, Papua New Guinea
        Tel.: +675-321-2201


        LES AMERIQUES

        Pour l'Est  du Canada et des U.S.A.:    
        Missionaries of Charity
        335 East 145th Street
        Bronx, NY  10451
        USA
        Tel.: +1-718-292-0019

        Pour  le centre du Canada et des U.S.A.:
        Missionaries of Charity
        3629 Cottage Avenue
        St. Louis, MO  63113-3539
        USA
        Tel.:+ 1-314-533-2777

        Pour l'Ouest des USA et du Canada, le Mexique (Tijuana):
        Missionaries of Charity
        164 Milagra Drive
        Pacifica, CA 94044
        USA
        Tel.: +1-650-355-3091

        Pour le Mexique, Cuba:
        Missionaries of Charity
        Calle Galeana 225
        Colonia Santa Fe
        Mexico D.F.  C.P. 01210
        Mexico
        Tel.: +52-55-5570-5425

        Pour Haïti, Etats-Unis (Floride), la République dominicaine, la Jamaïque, Porto Rico, Iles Vierges:
        Missionaries of Charity
        Rue B. de Larnage, Delmas 31
        Port-au-Prince
        Haiti, W.I.
        Tel: +509-3719-7659

        Mailing Address:.

        17th Street
        P.M.B. 800-C 104
        6800 SW 40th Street
        Miami, FL 33155

        Pour le Costa Rica, El Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Guatemala, le Panama:
        Missionaries of Charity
        Apdo. 94-2200
        Coronado, San Jose
        Costa Rica, Central America
        Tel.: +506-229-4269

        Pour le Venezuela, la Grenade, le Guyana, Trinité-et-Tobago, Sainte-Lucie:
        Missionaries of Charity
        Apdo. No. 12
        Catia La Mar
        Municipio Vargas
        Venezuela, South America
        Tel.: +58-212-351-2313

        Pour le Pérou, l'Equateur, la Bolivie, la Colombie:
        Missionaries of Charity
        Apdo. 2726
        28 de Julio 2821
        Lima 100
        Peru, South America
        Tel.: +51-14-742-534

        Pour le Brésil:
        Missionaries of Charity
        4947 Avenida Brasil
        Bonsucessso
        CEP 21040-360 Rio de Janeiro
        Brazil, South America
        Tel.: +55-21-22700619

        Pour l'Argentine, le Chili, l'Uruguay, le Paraguay:
        Missionaries of Charity
        Posadas 1848
        Beccar 1643 PCIA. de Buenos Aires
        Argentina, South America
        Tel.: +54-11-4723-0873

        Conseils pour les bénévoles au Pérou

        par Sonya Apodaca, bénévole Charity Works

        sapodac@gmail.com

        Quatre maisons MC sont situées au Pérou, à Lima, Juli, Cuzco et Chimbote. Les maisons s'occupent des enfants et des personnes âgées, dont beaucoup sont des handicapés physiques ou mentaux ainsi que des orphelins. Certaines maisons nourrissent régulièrement les affamés dans leur communauté. D'autres distribuent de la nourriture aux pauvres, enseignent le catéchisme, et fournissent des services dans la mesure des besoins et des possibilités.

        Il est recommandé que vous appeliez ou écriviez à la mère supérieure de la maison où vous voulez faire du bénévolat, car ces maisons ne font pas d'orientation ou d'inscription régulières. Elles seront heureuses de savoir à l'avance que vous venez. Les heures de visite sont généralement 8h - 11h30 et 15 – 17h30 tous les jours sauf le jeudi et, à certains endroits, dimanche. Les heures de travail pour les bénévoles peuvent différer un peu des heures de visite en fonction des besoins. Les bénévoles internationaux travaillent habituellement seulement le matin. Demandez aux sœurs leurs besoins.

        Les sœurs parlent anglais, mais la plupart des résidents, les employés et les bénévoles locaux non. Si vous ne connaissez pas déjà un peu l'espagnol, apprendre au moins les mots et expressions de base sera extrêmement utile pour des raisons de respect et de  culture.
        Il est sage de se faire vacciner avant le voyage.  Le site Web "Center for Disease Control"e st une excellente ressource à consulter avec votre médecin. Les précautions habituelles s'appliquent en ce qui concerne l'eau potable et la nourriture  dans un pays étranger.

        Les bénévoles sont responsables de l'organisation de leur voyage et de leur hébergement. Quelques conseils sont fournis ci-dessous, mais il est recommandé de toujours consulter les guides de voyage et des sites pour les informations les plus récentes.

         

        LIMA
        Adresse physique: 28 de Julio 2821
        Téléphone: 011 51 474-2534 (Depuis Lima, les appels locaux doivent composer seulement 1 474-2534. 1 est le code de la ville.).

        A Lima, la maison est située dans le quartier de La Victoria au nord du centre de Lima. La plupart des habitants font la grimace quand vous parlez de La Victoria, car il a mauvaise réputation, mais ne vous découragez pas d'y aller faire du bénévolat. Prenez des précautions, par exemple ne portez pas de bijoux, y compris les montres et ne prenez pas d'objets de valeur tels que téléphone portable, appareil photo, sac à main ou d'autres objets qui pourraient attirer l'attention en particulier dans un quartier extrêmement pauvre.

        Demandez à un taxi qu'il vous dépose et vienne vous chercher devant ou au plus près possible de la porte de la maison située sur l'Avenida 28 de Julio. (Remarque: une porte est visible à partir du bloc adjacent, mais elle n'est pas utilisée et ne sera pas ouverte à tout le monde.) Un marché aux légumes le long de l'Avenida 28 de Julio fonctionne tous les matins et le conducteur pourrait devoir vous laisser et vous obliger à marcher environ 20 m jusqu'à la porte. Sonnez la cloche et le portier, qui répond généralement rapidement, déverrouillera la porte pour vous laisser entrer.
        Si vous vous arrangez pour être conduit après 11h30, le marché s'éclaircit, le taxi peut grimper sur le trottoir juste en face de la porte. Certains chauffeurs de taxi peuvent refuser de s'aventurer dans La Victoria en raison de sa réputation, mais pourrait accepter, quand ils entendent où vous allez faire du bénévolat. Organisez-vous une journée ou quelques heures au moins à l'avance pour l'aller-retour, et ayez le numéro de téléphone du taxi sur vous. Un service de taxi sûr et fiable à Lima est Taxi Seguro (275-2020).

        JULI
        Adresse physique: Jiron Juli n°385
        Téléphone: 011 51 5155-4102

        Juli est situé à l'extrême sud du Pérou, à environ une heure de route au sud de la  ville plus connue de Puno. Les deux sont sur la rive du lac Titicaca et à haute altitude. N'oubliez pas d'apporter des médicaments pour l’altitude et prenez au moins une journée de repos. Apportez plusieurs épaisseurs de vêtements car il peut faire chaud pendant la journée, et très froid quand le soleil se couche.
        L'itinéraire le plus rapide et le plus direct pour Juli est de prendre l'avion à Lima à destination de Juliaca, puis un taxi van appelé un "collectivo" de l'aéroport de Juliaca à Juli. Le collectivo est susceptible d'entasser plus de 14 passagers dans une fourgonnette de 14 passagers. Les bagages sont attachés sur le toit du véhicule. Les vendeurs ambulants locaux comptent beaucoup sur ce mode de transport et plusieurs arrêts le long du chemin sont habituels. Entendez-vous directement avec le chauffeur avant la course et comptez payer un prix économique de 20 soles (environ 15 soles à Puno plus 4 soles à Juli). En comparaison, un taxi privé vous coûtera environ 80 soles pour Puno seul (un tiers du parcours ). Un vol du matin à destination de Juliaca est recommandé pour prévoir suffisamment de temps pour les déplacements par route et arriver à Juli pendant la journée. Remarque: Puno et Juli sont tous les deux dans la région de Puno.

        Les sœurs de Juli peuvent être en mesure de vous fournir une chambre si elle est disponible. Attendez-vous à des chambres propres mais très basiques avec des sanitaires limités. Juli est un petit village et trouver un logement pourrait être un défi donc il faut être souple sur les dates de voyage, laisser un temps de planification suffisant, et être ouvert à d'autres solutions telles que les séjours à domicile.

        Les cafés Internet sont nombreux et très abordables à Juli, habituellement un sole pour 20 minutes. Il n'y a pas de bureaux de change ou de distributeurs automatiques à Juli mais il ya au moins une banque péruvienne situé à proximité de la Plaza de Armas. Attendez-vous à des banques locales très occupées avec de longues attentes, des horaires arbitraires, et des taux de change moins favorables que la moyenne.

        CUZCO
        Adresse physique: Av. Victor Raul de la Torre #235 (Next to the regional emergency hospital.)
        Téléphone: 011 51 8425-6932

         

         


         

         

         

         

        Expériences:

        • L'expérience a été merveilleuse, pleine de sens, vraiment inoubliable.

        • Le bénévolat pour les missionnaires de la Charité de Mère Teresa.

        • Travailler à Kalighat a été une expérience qui change la vie

        • "J'ai soif" définit mon expérience au service des plus pauvres d'entre les pauvres  

         

        "J'ai soif" définit mon expérience au service des plus pauvres d'entre les pauvres  

        Charity Works

        par Sam Ballou, bénévole

        «J'ai soif» : ces deux mots dits par notre Seigneur Jésus sur la croix définit mon expérience au service des plus pauvres d'entre les pauvres aux côtés des Missionnaires de la Charité. C'est cette soif infinie que nous cherchons à étancher dans chaque petit geste d'amour que nous donnons aux pauvres. Je suis reconnaissant à Dieu pour ce temps qui a été pour moi une bénédiction ici à Kolkata. Dans chaque moment difficile, la grâce de Dieu est toujours là pour aider à surmonter l'épreuve, peu importe dans quelle situation nous nous trouvons. L'amour de Dieu et sa Miséricorde sont bien vivants ici et à l'œuvre. Dans le sourire des Sœurs, Frères et Pères, l'amour de Jésus rayonne à travers le monde.

         

        Travailler à Kalighat a été une expérience qui change la vie

        par Marissa Turner, bénévole Charity Works

        Une des sœurs m'a dit que les bénévoles en général pleurent deux fois - le premier jour de travail et le dernier. Pour moi, cette déclaration était vraie. Les premières larmes étaient des larmes de choc et d'incrédulité, la peur, la tristesse et l'impuissance. Les dernières étaient celles d'action de grâces, de beauté, d'amitié, de séparation, et d'amour. Travailler à Kalighat a été une expérience qui change la vie, et je ressens comme une bénédiction d'avoir passé trois mois à travailler là-bas.

        J'ai fait la relève du matin à Kalighat, ce qui signifie que beaucoup de tâches ménagères devaient être faites. Lessive, cuisine, bains, repas et distribution de médicaments - toutes ces choses sont faites tous les jours. Dans chacune de ces choses, il y a un sentiment de paix, de simplicité et de grâce. En quelque sorte, peu importe combien ou combien peu de travail est fait: il est fait tout entier. Les autres bénévoles et les sœurs rayonnent d'amour dans tout ce qu'ils font, et je prie toujours que je peux faire la même chose. Peut-être les moments les plus forts de la journée se produisent lors des rencontres avec les patients. Qu'il s'agisse d'un sourire, d'un massage, ou tout simplement s'asseoir dans la présence de l'autre, un lien spécial est formé - qui transcende la langue et la culture. Un autre honneur, sans doute le plus grand dans mon esprit, est d'être assise avec les femmes lors de leur passage de cette vie. Essayer de donner tout le confort possible et être là pour qu'ils ne meurent pas seuls: Je ne peux pas imaginer un plus grand honneur !

        Bien des bénédictions abondent à Kalighat, il y a aussi de nombreux défis. Témoin de la douleur et de la solitude qu'éprouvent tant de femmes jour après jour n'est pas facile. Mon cœur se brisait chaque fois qu'un patient se mettait à pleurer ou criait et que son corps se tordait de douleur. Ces choses ne sont pas faciles à gérer à chaque fois qu'elles se produisent, mais peut-être que c'est ainsi mesurer que ces expériences, aussi, font partie de cette vie. Un autre défi est de ne pas pouvoir faire toutes les choses que vous voulez être en mesure de faire pour arrêter la souffrance. Si seulement j'avais d'autres médicaments ou plus de technologie ou une meilleure connaissance de cette maladie ou si je connaissais la langue ou comment arrêter les injustices qui sont faites à ces femmes, mais nous avons tous une proximité impérissable: nous sommes humains. Donc nous faisons de notre mieux pour aider la personne humaine à l'intérieur de chacun de nous!

        Kalighat, en particulier les femmes de là-bas, a changé à jamais ma vie! J'ai appris que la vie est extrêmement fragile et ne doit pas être vécue comme acquise, j'ai été humiliée maintes et maintes fois, j'ai vu de grands actes d'amour, même au milieu de la douleur et de la souffrance extrême, j'ai découvert que la pauvreté est un problème complexe, et j'ai vécu la vie dans l'instant. Je sais que j’ai acquis plus de Calcutta et de Kalighat que je n'ai jamais été en mesure de donner. Les deux occuperont toujours une place spéciale dans mon cœur.

         

        Bénévolat pour les Missionnaires de la Charité de Mère Teresa

        Par David Jolly

         

        Charity Works

        KOLKATA, Inde — 

        Il est seulement 9 heures ici à Prem Dan, une maison de convalescence gérée par les Missionnaires de la Charité de Mère Teresa, mais déjà mes collègues bénévoles et moi-même sommes trempés de sueur quand nous nous penchons au dessus des seaux d'eau, pour faire la lessive à la main pour près d'une centaine de patients.

        C'est un travail difficile dans la chaleur début juin. Six bénévoles remuent des vêtements dans de l'eau savonneuse, et le reste, moi y compris, rincent et essorent les vêtements avant qu'ils ne soient mis à  sécher au soleil âpre de la pré-mousson .  J'ai d'abord peur de ne pas être capable de suivre le rythme avec les quelque 20 gars autour de moi, mais je m'y fais rapidement. Il y a un fort esprit d'équipe ici, et quand une chemise mouillée passe comme un éclair près de mon oreille, et propulse ma casquette dans l'eau, je me tourne pour faire face à la coupable souriante et me met à rire avec tout le monde.

        Tout le monde connait Mère Teresa, lauréate du prix Nobel décédée en 1997, mais  tous ne se rendent pas compte que l'ordre des religieuses catholiques qu'elle a fondé dans cette ville, anciennement connu sous le nom de Calcutta, continue à prospérer et que les frères et sœurs accueillent des bénévoles de même qu'ils cherchent à remplir leur vœu de prendre soin des « plus pauvres parmi les pauvres ».
        Contrairement à la majorité des bénévoles, qui ont planifié leurs visites depuis des mois, voire des années, je suis venu sur un coup de tête. J'avais déjà été en Inde pendant trois semaines, un voyage d'étude avec un groupe de travailleurs sociaux américains, mais fatigué  du rythme du voyage, j'ai quitté le groupe dans le sud-ouest de l'Etat du Kérala, et en deux vols pas chers je me suis rendu à l'autre bout du pays à Kolkata.

        Trouver le chemin de la "Maison-Mère", le quartier général des Missionnaires de la Charité, est simple. Au déjeuner, le lendemain de mon arrivée, j'ai rencontré un groupe d'Américains dans un restaurant sur Sudder St, où se situe le plus gros de l’hébergement accueillant aux étrangers de cette ville. Ils étaient eux-mêmes sur le point de faire du bénévolat et m'ont invité à les rejoindre pour une séance d'orientation l'après-midi.


        Charity Works

        À la Maison-Mère, se rencontrent des bénévoles de partout dans le monde: français, italiens, japonais, coréens, Espagnols, Allemands, Américains, Canadiens et Irlandais. Bien qu'il y ait naturellement une certaine affinité selon les frontières nationales et linguistiques, les défis communs aident à souder les étrangers ensemble. De nombreux bénévoles sont des voyageurs expérimentés, tandis que d'autres se trouvent en dehors de leur pays d'origine pour la première fois. (Je suis stupéfait de trouver un couple d'Américains du Midwest qui violent une règle cardinale de voyage en Inde, manger de la salade crue dans un restaurant local. Effectivement, tous les deux font un break pour 48 heures). Certains de ces bénévoles sont des professionnels de la santé ou des travailleurs sociaux, il y a pas mal de personnes qui travaillent dans des bureaux et de nombreux étudiants. Le plus jeune bénévole que je rencontre a 17 ans, le plus âgé est probablement bien au-delà de l'âge de la retraite.

        Lors de la séance d'orientation, nous apprenons l'histoire de l'ordre, nous recevons des conseils sur le traitement des mendiants et des escroqueries de la rue, et l'on nous attribue notre travail. Je suis affecté à un foyer appelé Nabo Jibon, où je vais travailler avec des adolescents gravement handicapés.
        Quand je suis arrivé le lendemain matin à Nabo Jibon, à 45 minutes de la Maison Mère  et deux trajets en bus, j'ai appris que la plupart des travaux lourds - la cuisine, le nettoyage et la lessive - sont effectués par les femmes locales et les jeunes novices . Les autres bénévoles et moi-même s'assoient et  parlent individuellement avec les garçons, leur font réciter l'alphabet, tapent dans un ballon, les poussent sur les balançoires, et aident au moment des repas. Je trouve que mon chant, qui est un peu apprécié dans la plupart des milieux, reçoit ici un grand succès : les  enfants applaudissent, rient et sourient à mes efforts. Un garçon, qui était apparu fermé au monde, bondit sur ses pieds et danse avec ravissement quand je chante la mélodie de « L'Ode à la joie » de la 9ème symphonie de Beethoven.

        Charity Works

         


        Un travailleur social du Nebraska, Liz, bénévole à Calcutta pour la deuxième fois, me pousse à travailler sur d'autres foyers. « Vous n’allez pas avoir pas la « véritable » expérience » ; elle m'y pousse de manière amicale.

        Donc quelques jours plus tard, je passe l'après-midi de travail à un endroit appelé Nirmal Hriday. Je l'aborde avec une certaine appréhension. Kalighat, comme on le connait, comprend aussi un temple hindou avec lequel il est associé et est un centre de soins palliatifs pour les mourants .C'est le premier des centres que Mère Teresa a fondé ici. Il abrite peut-être 150 patients dans des lits rapprochés, avec des hommes et des femmes dans des salles séparées. La plupart sont vieux et malades, mais personne ne montre une douleur évidente.

        Au lieu de la solennelle et oppressante atmosphère que j'avais anticipée, je trouve une ruche d'activité et, une fois encore, un vif sentiment de camaraderie entre les bénévoles. Les sœurs viennent de partout dans le monde, y compris de l'Inde, et elles  sont gentilles et extrêmement efficaces. Mais alors que les autres bénévoles, plus expérimentés, semblent savoir exactement ce qu'ils font, je sens que je suis sur le bon chemin, et après avoir fait des massages des mains et bavardé pendant un certain temps avec les patients, je désire d'autres tâches. Quand une infirmière italienne me confie sans sourciller l'alimentation d'un vieil homme aveugle et presque édenté avec des petits pots de ce que j'imagine être de la crème de banane, je saute sur l'occasion d'être utile.

        Cette expérience infirme l'opinion que les bénévoles expérimentés sont beaucoup plus précieux que les touristes... Je rencontre un bénévole japonais, Hide, homme d'âge moyen, très soigné qui commande l'opération de lavage des assiettes. Il a travaillé pour les sœurs en Inde, mais aussi en Ethiopie, depuis plusieurs années. Il a quitté le Japon et son travail pour aider les pauvres. Il est tellement sérieux et compétent pour ce premier temps de lavage (évidemment une opération essentielle dans une telle institution), que je peux facilement l'imaginer comme un agent du contrôle de qualité dans une usine dernier cri de semi-conducteurs.

        Charity Works

        Plus tard, j'ai appris que la plupart des patients étaient atteints de tuberculose. J'ai un petit garçon, et je crains de contracter cette maladie. Lorsque j'exprime mon inquiétude à un médecin canadien du nom de Luke, il m'assure qu'il est très peu probable que je contracte la tuberculose à partir de contacts limités. «J'ai travaillé pendant des mois avec des patients tuberculeux au Nigeria, et mes marqueurs ne sont pas encore devenus positifs», me dit-il, se référant à un test des anticorps qui montre l'exposition à la maladie. Il semble presque déçu.

        Je ne suis pas catholique, mais un grand nombre, probablement une majorité, des bénévoles le sont; néanmoins, personne n'a essayé de me convertir ou quelqu'un d'autre que je connais. En effet, les sœurs sont probablement trop occupées, et de toute façon, leur exemple est probablement une aussi bonne publicité pour leur foi que tout prosélytisme. Néanmoins, je commence chaque matin avec la messe de 6h à  la Maison-Mère, où nous les volontaires sommes assis d'un côté, les jambes croisées sur le sol, déjà trempés de sueur. Les religieuses, dans leurs saris blancs, et les prêtres dans leurs soutanes, souffrent en silence.  Quelques ventilateurs électriques remuent l'air humide. Après un petit déjeuner partagé de bananes, de pain blanc et le doux thé laiteux appelé "chai", nous chantons des cantiques, disons une prière, puis c'est la sortie dans le Kolkata de l'heure de pointe pour un trajet en bus pour  rejoindre nos "jobs".

        Kolkata, capitale de l'Etat du Bengale occidental, est reconnu pour sa musique et les arts. Il se classe juste pour la taille derrière  Bombay et Delhi, avec une population d'environ 14 millions de personnes avec la banlieue. Ses habitants –chauvins – soutiennent que la réputation de la ville est pire que la réalité, et il y a quelque chose de grisant à se déplacer dans cette mer humaine. Mais même celui qui y vient  pour la première fois avec une grande expérience de l'Asie peut trouver écrasante la misère à cette échelle, et la faim se lit sur le visage des centaines de personnes que je vois  dormir sur le trottoir chaque matin en me rendant à la Maison-Mère.

        Un visiteur qui n'a aucune expérience du tiers-monde va faire face à une période d'adaptation, avec les petites arnaques, l'air fétide, les foules étouffantes, les bains et les toilettes en plein air. Je suis arrivé au début juin, quand la mousson commençait, et j'ai passé plusieurs heures un matin blotti sous un toit fragile, trempé par une pluie battante telle que le trafic dans toute la ville avait été interrompue par un flot montant jusqu'aux cuisses. Tout cela fait partie de l'expérience.

        Charity Works

         

        En fin de compte, Prem Dan, l'établissement de convalescence, est l'endroit où je me sens le plus utile, les bénévoles travaillent vraiment, et les non qualifiés (par exemple, les journalistes...) sont utiles ici. A la fin de la lessive, les vêtements lavés, nous recyclons l'eau savonneuse, la ramassant dans des seaux et l'utilisons pour nettoyer les trottoirs et les allées de l'établissement. Quand les trottoirs sont propres, la chaleur m'a mis nettement patraque. Au moins, ai-je pensé à porter un chapeau.

        En milieu de matinée, nous servons aux patients un lait chaud, et après une tasse de chai, je trouve une nouvelle tâche: préparer le déjeuner. J'échange des histoires avec un jeune homme bengali et un couple de bénévoles américains intellectuels pendant  que nous dénoyautons des fruits jaunes. Après avoir nourri les patients, nous les aidons à aller à la salle de bain, et la toilette finie, notre journée est terminée. C'est tout ce que je peux faire moi-même avant de déjeuner, puis de m'effondrer pendant une heure ou deux dans ma chambre d'hôtel.

        Aller aider  les Missionnaires de la Charité peut sembler intimidant, mais rien n'est plus simple. Je suis arrivé à l'aéroport Netaji Subhash de Calcutta après 22h sans réservation d'hôtel, ne connaissant personne. Un taxi m'a amené à Sudder Street, où j'ai trouvé un hôtel non répertorié dans les guides de voyage  - et j’ai appris tout ce qu'il fallait savoir sur le bénévolat en demandant.

        J'ai eu la chance de voyager en Inde avant mon volontariat, mais j'ai rencontré pas mal de bénévoles qui étaient venus directement à Kolkata et avaient prévu de passer là-bas tout le temps de leur voyage. Cela semblait lamentable, parce qu'ils ne voient guère la richesse culturelle et artistique de l'Inde. Les bénévoles travaillent dur, et la chaleur, la pollution et la démesure de la ville font qu'il est facile de passer beaucoup de temps couché dans son lit de chambre d'hôtel, en regardant le ventilateur du plafond.
        La vie de Mère Teresa et son travail n'ont pas été sans critiques, et la récente publication de ses lettres a conduit certains à conclure qu'elle a été victime d'une "crise de la foi." Je ne suis pas qualifié pour porter un jugement sur tout cela.

        Ce que je peux dire, c'est ceci: L'organisation qu'elle a créée à Kolkata attire beaucoup de gens intéressants et chaleureux en tant que bénévoles, et je me sens privilégié d'avoir fait partie de ceux-ci.

         

         

        L'expérience a été merveilleuse, pleine de sens et inoubliable

        Charity Works

        A Kalighat, j'ai passé trois matinées mémorables en tant que bénévole. L'hôpital, créé par Mère Teresa en 1950, est géré par les Missionnaires de la  Charité, avec l'aide de bénévoles. Travailler là-bas m'a fait comprendre 1) la chance que nous avons, nous, Américains  et 2) comment  nous sommes  sur-réglementés ici aux Etats-Unis .......

        C'est en Septembre que je suis entré à Kalighat, qui était très spartiate et propre, mais satisfaisant, et j’ai dit à la religieuse (toutes les religieuses parlaient l'anglais): « Je veux faire du bénévolat. » « Bien, » dit-elle. « Allez là-bas aider ce garçon à donner le bain aux hommes. » C'est tout. Je n'ai pas eu à remplir des papiers. Aucune empreinte digitale. Pas de numéro de sécurité sociale. Rien. Plus tard, ils ont pris mon nom et adresse et m'ont envoyé une carte de remerciement.

        Et avec un autre bénévole j'ai porté un homme émacié à la zone de toilette, où, seul, avec un pichet en plastique j'ai versé de l'eau tiède sur la tête de l'homme, le dos, la poitrine, les bras et les jambes. Puis j'ai savonné la plus grande partie de son corps puis l'ai rincé et séché. Un autre bénévole m'a aidé à mener l'homme vers son lit, où je l'ai habillé avec un pyjama propre.

        Charity Works

         

        Une bonne part de la matinée a été consacrée au bain des hommes. J'ai aussi utilisé l'huile pour bébé Johnson pour frotter le cuir chevelu sec, le dos et les membres de certains hommes, dont la plupart semblaient apprécier le massage.
        J'ai aussi aidé certains à prendre des pilules, et une fois j'ai donné une cuillérée de glucose dans la bouche d'un jeune homme, paralysé par une chute, qui ne pouvait même pas avaler. Le glucose a juste coulé dans sa bouche et dans sa gorge. Il ne pouvait pas parler ni bouger. Il me regardait fixement, impassible.
        Un autre matin, j'ai aidé d'autres bénévoles, pour la plupart étudiants, venant de partout dans le monde, à laver les pyjamas des hommes et des femmes. La lessive a été fait à la main et aux pieds.

        Le premier «cycle» de lessive impliquait un piétinement, comme une vendange, sur les vêtements souillés dans de l'eau savonneuse. Les vêtements ont ensuite été rincés à la main dans un autre bassin en béton, puis mis dans le bassin où je travaillais avec deux étudiants. Notre travail consistait à les rincer dans une solution désinfectante, les essorer et les remettre à un autre bénévole qui les pendait sur le toit au soleil.

        Le troisième matin, j'ai aidé à laver la vaisselle à la main, bien sûr, accroupis devant  des baignoires basses sur le sol. Les plats étaient des assiettes de métal, tasses et cuillères.

        Ailleurs, j'ai vu des femmes bénévoles d'âge moyen devant des machines à coudre. Je suppose qu'elles réparaient des couvertures et des pyjamas.
        Les patients sont parmi «les plus pauvres parmi les pauvres» qui n'ont nulle part ailleurs où aller. Mère Teresa a tout fait pour que personne ne puisse mourir abandonné dans les rues.
        Je n'ai  travaillé que  trois matinées, mais d'autres ont travaillé pendant un mois ou plus. Le bénévolat est gratifiant, et certainement  l'expérience a été merveilleuse et utile - inoubliable.