..

. .

 
 
 
 
 

 

“La sainteté n'est pas le luxe de quelques-uns. C'est un devoir simple pour vous et pour moi..’’ - Mère Teresa

         

Mère Teresa s'est adressée aux employés des Knights of Colombus [ NdT:Les Chevaliers de Colomb sont une association américaine de Charité qui entend exprimer la possibilité «d' être à la fois américaine et catholique »] lors de sa visite au Conseil suprême à New Haven, Connecticut, le 16 juin.

 

Demandons à Notre-Dame de nous donner un cœur si beau, si pur, si immaculé, si plein d'amour et d'humilité, que nous puissions recevoir Jésus dans le Pain de Vie, l'aimer comme elle l'aimait et le servir sous le déguisement du plus pauvre des pauvres.

Moi-même et toutes nos Missionnaires de la Charité sommes très reconnaissantes pour le magnifique cadeau que nous avons reçu, et nous vous demandons de prier pour nous dans notre travail avec les plus démunis. Nous lisons dans l'Évangile que Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné Jésus à Marie, la Vierge  la plus pure. Et elle, en le recevant, est allée servir de servante à la maison de sa cousine Elizabeth, qui attendait un enfant.

Et quelque chose de très étrange est arrivé là-bas: le petit enfant à naître dans le ventre d'Elizabeth a sauté de joie à l'arrivée de Marie. Il est très étrange que Dieu ait utilisé un enfant à naître pour proclamer la venue du Christ.
Nous savons aujourd'hui quel malheur arrive au petit enfant à naître. La mère elle-même tue le petit enfant, le petit enfant à naître. Or  cet enfant a été créé pour de meilleures choses: aimer et être aimé, créé à l'image de Dieu, une belle créature pour qui Jésus est mort sur la croix. Ce petit est détruit par sa propre mère. L'avortement aujourd'hui est devenu le plus grand destructeur de l'amour et de la paix.
Jésus est venu nous donner de bonnes nouvelles et nous aider à nous aimer les uns les autres. Jésus a dit: "Quoi que vous fassiez au plus petit de mes frères, vous me le faites. Si vous donnez une goutte d'eau à mes frères, vous me le donnez. Si vous recevez un petit enfant, vous me recevez. "Et quand nous mourrons et nous rendons à Dieu, nous serons jugés sur ce que nous avons été les uns envers les autres
Et il dira: j'avais faim et tu m'as donné de la nourriture, j'étais nu et tu m'a revêtu. J'étais sans abri et vous m'avez hébergé  Venez, soyez les bénis de  mon père.
Quelle chose merveilleuse de penser qu'en nous aimant les uns les autres, nous l'aimons, en faisant de petites choses les uns pour les autres. Parce qu' aujourd'hui, la faim n'est pas seulement pour le pain; la faim est pour l'amour, pour la parole de Dieu.
La nudité n'est pas seulement pour un chiffon, mais aussi pour la perte de cette vertu magnifique - la pureté. Quand la pureté n'est plus chaste, quand la virginité n'est plus vierge, quelle perte de ce beau cadeau de Dieu.
Être à la rue ce n'est pas seulement ne pas avoir une maison en briques, mais les sans-abris sont rejetés, indésirables, non-aimés par la société. Et Jésus a dit, quoi que vous fassiez pour ceux-là vous le faites pour moi. Et c'est pourquoi nos sœurs et nos frères et d'autres ont consacré leur vie à voir le Christ dans les plus pauvres des pauvres, chez les négligés, les non-aimés, -hommes, femmes ou enfants qui ont oublié ce qu'est l'amour, ce que c'est qu' être quelqu'un qui est aimé.

Un jour, je marchais dans une rue de Londres, près d'où nos sœurs travaillaient, et j'ai vu un homme assis qui était très misérable. Alors je suis allé vers lui et lui ai serré la main;  il leva les yeux et dit: «Il y a longtemps que je n' ai senti la chaleur d'une main humaine.» Il sourit et dit qu'il ressentait la chaleur de l'amour humain dans cette poignée de main, de quelqu'un qui l'aimait, qui lui parlait. C'est une petite chose, mais je me demande où cet amour commence dans votre propre vie, dans votre propre famille? Vous savez que les familles qui prient ensemble restent ensemble. Et si vous restez ensemble, vous vous aimerez les uns les autres alors que Dieu aime chacun de vous. C'est pourquoi vous devez enseigner à vos enfants à prier et pourquoi vous devez prier avec eux. Priez toujours ensemble.
.Je vois que vous avez une belle chapelle ici. Demandez au Père ici de vous donner chaque jour la joie de l'adoration, de vous donner Jésus. Il y a tellement de cadeaux de Dieu que vous recevrez. Dans notre congrégation, nous avons une adoration quotidienne.
Lorsque nous regardons la croix, nous savons combien il nous a aimés alors. Lorsque nous regardons le tabernacle, nous voyons combien il nous aime maintenant. Et demandez donc au Père de vous donner cela, environ une demi-heure par jour, peut-être avant de rentrer chez vous.
Donnez de l' importance au fait d' 'être ensemble, de prier ensemble. Vous êtes comme une grande famille ici. Priez ensemble. Vous obtiendrez de nombreuses grâces pour cette belle ville où il y a tant de souffrance, tant de douleur. Beaucoup de gens ici ont faim d'amour, ont faim de la Parole de Dieu. Vous pouvez être.cet amour, cette compassion.
Je suis très reconnaissante aux Knights of Colombus pour ce qui' ils ont offert de faire pour nous en partageant leur Amour pour Jésus. Je ne demande jamais aux gens de faire ceci ou cela; Je leur dis toujours: "Je veux vous donner un cadeau". Et ils répondent: "Mère Teresa, quel cadeau pouvez-vous donner?" Je leur dis: "Je vous donne la chance de faire quelque chose pour les pauvres".
Peut-être que certains d'entre vous ne peuvent pas aller directement aider les  pauvres, mais grâce à notre travail, vous pouvez vous rapprocher des plus pauvres des pauvres. Nous prenons soin des malades et des mourants, des paralysés, des déficients mentaux et des lépreux. Et maintenant, à New York, à Manhattan, nous avons une maison - un cadeau d'amour pour les victimes du sida. Et vous savez, nous avons accueilli beaucoup de jeunes gens ici et ils sont morts d' une très belle.mort. Je crois que mourir en paix avec Dieu est le plus grand achèvement
d' une vie humaine quand vous avez vu mourir ces jeunes de cette effrayante maladie du Sida.
Nous avons cet endroit à New York et nous avons aussi une grande soupe populaire. Nous vous invitons à venir partager la joie d'aimer. Venez et voyez, et n'ayez pas peur de partager cette joie d' aimer.
Il y a quelque temps, un couple hindou est venu chez nous en Inde, et ils nous ont donné beaucoup d'argent. Je leur ai demandé: «Pourquoi nous  donnez-vous  tant d'argent?» Et ils ont dit: «Parce que nous avons entendu dire que, à Calcutta, vous faites à manger pour 9 000 personnes par jour.» Et j'ai dit: «Où avez-vous gagné de l'argent? Il a déclaré: "Il y a deux jours, nous nous sommes mariés et nous avons décidé de ne rien acheter et de vous donner l'argent".

 

Et j'ai été surprise parce que dans mon pays, nous ne faisons pas cela. Encore une fois, je leur ai demandé: "Pourquoi faites-vous cela?" Ils ont dit: "Mère, nous nous aimons beaucoup et nous voulons partager la joie d'aimer".
Maintenant, j' ai une demande:quand vous êtes libre, ne venez pas  nécessairement dans une de nos maisons, mais allez dans  l'un des nombreux autres endroits où vous pouvez partager la joie de l'amour, peut-être partager un sourire, peut-être lire quelque chose à un aveugle - surtout d'abord dans votre propre famille, avec votre père et votre mère, avec votre propre enfant  infirme  Que l'amour commence à la maison

Je n'oublierai jamais, au Venezuela, une famille nous a donné une terre et une maison. Et puis j'ai vu dans leur famille un enfant retardé [sic] et j'ai demandé à la mère: "Comment est-ce que vous l'appelez?" Et elle a dit: "Notre professeur d'amour, c'est ainsi que nous l' appelons." "Magnifique! Laissez-le continuer son enseignement sur l'amour, "dis-je. Vous pouvez apporter ce type de tendresse dans votre propre famille.
Oui, la souffrance viendra, mais n'oubliez pas que Dieu vous aime tendrement et que la souffrance est un partage de la Passion du Christ.
J'ai rencontré une femme qui meurt du cancer et souffre terriblement. Et je lui ai dit que cette douleur terrible est un baiser de Jésus, signe que vous êtes si proche de la souffrance de Jésus sur la croix qu'il peut vous embrasser. Et elle nous tenait les mains et a dit: «Mère Teresa, dis-lui à Jésus qu' il cesse de m'embrasser!» Nous devrions peut-être dire cela dans notre humanité, mais souvenez-vous que la souffrance est un baiser et un beau partage avec le Christ dans la joie d'aimer.
Je prierai pour vous ici chez les Knights of Colombus, pour que cet amour les uns pour les autres, pour que, grâce à cette œuvre qui vous a été confiée, vous puissiez  répandre la Parole de Dieu,  répandre la joie de l'amour, répandre la présence de Christ, et grandir dans la sainteté.
La sainteté n'est pas le luxe de quelques-uns. C'est un devoir simple pour vous et pour moi. Prenez la peine de garder votre famille unie. Que la paix, la joie, l'unité et l'amour soient toujours là. Apportez la prière, amenez le chapelet dans votre famille. Apportez la consécration au Sacré-Cœur dans votre famille et vous libérerez l'amour, la joie et la présence du Christ là-bas dans votre propre cœur et les cœurs de votre famille.

Et priez pour nous qui continuons notre travail. Car, comme vous le savez, nous avons consacré nos vies à partager l'amour et la compassion de Dieu pour les plus pauvres des pauvres, pour les personnes qui n'ont rien ni personne. Nos sœurs sont maintenant partout dans le monde - Dieu nous a bénis avec de nombreuses vocations. J'espère que certains de vos fils et filles se joindront aux Missionnaires de la Charité et donneront cet amour et cette joie à beaucoup plus de gens.

 

Je vous remercie.

Mots de Mère Teresa © Mère Teresa Centre des Missionnaires de la Charité

First published by the http://www.kofc.org/un/eb/en/columbia/detail/2010_07_teresa.html

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                             
 
Copyright ©